You are currently viewing Les évaluations à chaud et froid au sein de Qualiopi

Les évaluations à chaud et froid au sein de Qualiopi

  • Post published:21 avril 2022

Un parcours de formation comprend différents grands thèmes et notions à assimiler. Son but est évidemment de renforcer les compétences des bénéficiaires. Cependant, un prestataire se doit de pouvoir évaluer si les inscrits intègrent réellement les cours. Pour cela, il est nécessaire de mettre en place un système d’évaluation des acquis. Cela fait d’ailleurs partie des principales recommandations présentes dans le référentiel national de qualité ou RNQ.

L’indicateur numéro 11 : la référence

Pour qu’un organisme de formation puisse s’inscrire parmi les éligibles au CFP, il est nécessaire d’obtenir le label Qualiopi. Cette certification est la preuve qu’un programme de développement de compétences est réellement pertinent et bénéfique. Au total, il faudra remplir sept principaux critères en se référant aux indicateurs apportés par le RNQ.

L’indicateur numéro 11 fait partie des bases du critère numéro 3 qui préconise un accompagnement complet des apprenants durant leur parcours. Les différents prestataires concernés devront donc pouvoir évaluer les avancements de leurs apprenants. Pour cela, la mise en place de différents outils de suivi est requise. Ils pourront ainsi être utiles à des étapes précises du cursus.

L’organisme de formation doit alors pouvoir recueillir différentes données afin de montrer que les apprenants atteignent leurs objectifs. Il peut s’agir de comptes rendus, de statistiques comme le taux de réussite, de bilans intermédiaires, etc. Dans le cas d’une VAE, un candidat doit disposer d’un dossier entier de suivi à compléter tout au long de son accompagnement.

Les organes chargés de contrôler les prestataires de formation effectueront des audits de surveillance. Cela leur permettra de déterminer si l’application de cette résolution du RNQ est bien effective.

Qu’est-ce que l’évaluation à chaud ?

Comme le préconisent les règles d’obtentions du label Qualiopi, les apprenants ont besoin d’être évalués. D’un côté, il s’agit de mesurer l’évolution de leurs compétences. En outre, le but est également de déterminer si la formation a aidé les inscrits à atteindre de leurs objectifs.

Concernant l’évaluation à chaud, elle s’effectue immédiatement ou peu de temps après la clôture de la formation. À ce moment-là, l’organisme recueille d’abord les appréciations quant à l’expérience et le ressenti des apprenants. En outre, c’est aussi le moyen de vérifier les nouveaux acquis engrangés par les bénéficiaires. Cela se fait généralement à travers des questionnaires.

Cependant, ce n’est pas l’idéal pour déterminer avec certitude si une offre de formation est réellement efficace. Il s’agit plutôt de mesurer le taux de satisfaction des inscrits. Par ailleurs, l’évaluation à chaud permet aussi de juger les capacités pédagogiques de l’organisme (qualité des formateurs, des documents fournis, etc.).

L’importance de ces évaluations

Que l’évaluation soit à chaud ou à froid, il est toujours important pour les organismes formateurs d’en faire. C’est tout d’abord obligatoire pour pouvoir passer les audits Qualiopi. Par ailleurs, les prestataires s’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue pourront recueillir des données essentielles. Ces dernières serviront ainsi à identifier les lacunes afin d’améliorer la qualité des offres.

D’un autre côté, il s’agit aussi de déterminer si le cursus répond réellement aux attentes des inscrits. Il arrive que même après avoir complété tous les modules brillamment, le bénéficiaire n’arrive pas à décrocher l’emploi souhaité. Si les personnes se retrouvant dans cette situation sont nombreuses, il faudra remettre en question l’utilité de la formation.

En tout cas, il faudra consacrer du temps et des moyens pour effectuer les différents types de suivi. Malheureusement, l’évaluation à froid est trop souvent négligée. Pourtant, elle est plus qu’indispensable.